Occlusions vasculaires rétiniennes

Rétine médicale

8 médecins référents
Pour traiter cette pathologie :
S'informer sur ce service

La rétine est une structure anatomique située au fond de l’œil et qui tapisse une grande partie de sa paroi interne. Elle est composée de cellules sensorielles, qui vont traiter la lumière et transmettre le signal visuel au cerveau. Comme toutes les cellules de l’organisme, les cellules rétiniennes ont des besoins métaboliques importants et un vascularisation efficace est nécessaire à leur bon fonctionnement.

cof rétine

Le sang est apporté aux cellules rétiniennes par deux systèmes :

  • L’artère centrale de la rétine, qui vascularise les couches les plus profondes de la rétine. Elle se divise, une fois arrivée dans l’œil, en plusieurs branches, supérieures et inférieures, afin d’assurer la vascularisation de tous les secteurs rétiniens.
  • Le système choroïdien, véritable tunique intermédiaire de l’œil, qui vascularise les couches les plus externes de la rétine.

En miroir avec le système artériel, le système veineux se charge d’évacuer le sang de l’oeil, déchargé d’une partie de son oxygène par les cellules rétiniennes, , afin de le reconduire, à terme, vers le système pulmonaire.

  • La veine centrale de la rétine et ses branches suivent le même trajet que l’artère centrale de la rétine.
  • Les veines vortiqueuses se chargent d’acheminer le sang choroïdien.

 

Occlusion de l’artère centrale de la rétine (OACR)

Il s’agit d’une pathologie grave, qui représente une menace pour la fonction visuelle. C’est une cause de baisse d’acuité visuelle profonde, indolore et de survenue rapide. Elle survient, le plus souvent, sans signe avant-coureur, mais des épisodes de baisse de vision spontanément résolutifs peuvent précéder sa survenue.

Elle représente un épisode d’infarctus rétinien total, qui va occasionner des lésions de toutes les cellules rétiniennes concernées.

Le type de symptômes va dépendre de l’anatomie vasculaire précise du patient atteint. Il peut arriver qu’une artère de substitution existe dans l’œil (on parle d’artère cilio-rétinienne); elle peut préserver une région localisée, mais ce cas n’est pas le cas le plus fréquent.

Malheureusement, il n’y a pas de traitement curatif d’un tel épisode.

Les causes de l'OACR

Différentes causes permettant d'expliquer l'épisode vont être récherchées, de façon systématique:

  • Les anomalies de la coagulation sanguine
  • Un trouble du rythme cardiaque
  • La maladie de Horton (pathologie inflammatoire des artères)
  • La présence de plaques d’athérome dans les artères carotides

On rejoint finalement, pour une large part, les causes de l’accident vasculaire cérébral. Ce dernier est d’ailleurs recherché de manière quasiment systématique, par un examen neurologique et une imagerie cérébrale rapide, en fonction de la cause suspectée.

Toute cause devra être traitée spécifiquement et votre ophtalmologiste pourra, dès lors, vous adresser à d’autres spécialistes pour une prise en charge conjointe, même si vous ne présentez, a priori, pas d’autre symptôme général.

La survenue d’une occlusion de l’artère centrale de la rétine imposera une surveillance ophtalmologique régulière. Des examens complémentaires, comme une angiographie fluorescéinique rétinienne peuvent être nécessaires.

L’évolution et la récupération potentielles sont variables d’une personne à l’autre. Le pronostic est malheureusement plutôt sombre. Peu de patients vont récupérer une fonction visuelle satisfaisante sur un œil atteint.

Occlusion de branche de l'artère centrale de la rétine (OBACR)

Le tableau clinique et le retentissement visuel sont moins prononcés en cas d’occlusion d’une branche de l’artère centrale de la rétine. De façon logique, le territoire rétinien impacté par l’infarctus et le manque d’oxygène est moins étendu et plus de cellules sont préservées. Le plus souvent, les patients décrivent une amputation du champ visuel qui, là encore, a malheureusement peu de chances de récupérer.

 

Occlusion de la veine centrale de la rétine (OVCR)

Les facteurs de risque d’un tel épisode ne sont pas tout à fait les mêmes que ceux de l’occlusion artérielle ; on suspecte, par exemple, un rôle de l’hypertonie intra-oculaire.

Les symptômes ressentis par le patient sont, là encore, une baisse d’acuité visuelle importante, le plus souvent sur un seul œil, de survenue très rapide et totalement indolore. Il n’y a, en règle générale, aucun signe avant-coureur. L’occlusion de la veine centrale de la rétine entraîne une souffrance importante des cellules rétiniennes. En empêchant le sang de sortir de l’œil, elle créé une hyperpression dans tout le système vasculaire et le sang a donc également du mal à circuler dans le système d’amont : le système artériel.

Un examen ophtamologique complet s’impose en urgence. 

À l’instar de l’occlusion de l’artère centrale de la rétine, votre ophtalmologiste sera sans doute amené à vous prescrire des examens complémentaires, à visée cardio-vasculaire, même si vous ne présentez aucun autre symptôme général.

cof ovcr

La récupération est variable ; il est extrêmement difficile pour votre ophtalmologiste d’en préjuger lors du diagnostic initial. Une surveillance régulière sera nécessaire, ainsi que des examens angiographiques, parfois répétés.

Principales complications

  • L’enjeu principal est de dépister l’ischémie rétinienne et ses complications. Lorsque les cellules ont souffert d’un manque d’oxygène prolongé et que la vascularisation ne se rétablit pas, elles vont activer un mécanisme de prolifération de nouveaux vaisseaux sanguins anormaux. Leurs conséquences peuvent être très graves, pouvant conduire à un tableau de glaucome néo-vasculaire, très difficile à traiter. Tout sera fait pour empêcher la survenue d’une telle complication. Un traitement laser pourra, par exemple, vous être proposé pour l’éviter.
  • L’autre événement qui caractérise l’occlusion de la veine centrale de la rétine est l’apparition d’un œdème de la macula. Celui-ci est responsable d’une partie de la baisse de vision et il évolue, dans la majorité des cas, sur un mode chronique, c’est-à-dire qu’il persiste à long terme. Heureusement, des solutions thérapeutiques existent, notamment par le biais d’injections de produits pharmacologiques dans l’œil (injections intra-vitréennes)Ces injections seront, le plus souvent, répétées à intervalle régulier, pour une durée difficile à estimer.
cof ivt

Occlusion de branche de la veine centrale de la rétine

Un tableau d’occlusion de branche de la veine centrale de la rétine peut également se produire, comme c’est le cas pour les branches de l’artère.

Là encore, le tableau clinique est différent et le patient présente souvent une amputation d’une partie de son champ visuel. Les complications potentielles sont les mêmes que pour l’occlusion totale de la veine. Des examens complémentaires, des séances de traitement au laser peuvent être nécessaires.

Si vous, ou l’un de vos proches, présentez une amputation brutale du champ visuel ou une baisse brutale de la vision, même sans douleur, il convient de consulter en urgence un ophtalmologiste. 

Nos ophtalmologues experts en rétine médicale